banniere-pages

Episode 7 : Gödel et Mélanie Klein

Episode 7 : Gödel et Mélanie Klein

#

23/12/17

Episode 7 : Gödel et Mélanie Klein

19mn

Paris

Lacan avait construit sa théorie, puis y avait transcrit le théorème de Gödel qui prenait la forme : Il n’y pas de vérité de l’Autre, la vérité scientifique et renvoyée dans le réel, pour faire simple. Je transcris ici le théorème de Gödel dans la théorie de Mélanie Klein et dans celle de Winnicott pour y obtenir le même résultat : l’actualité d’un bon objet indestructible, qui protégerait le paranoïaque absolument de son propre sadisme oral est l’équivalent logique du retour dans le monde prénatal (et donc de la destruction totale de l’objet). Je retrouve donc dans la théorie de Mélanie Klein le même résultat que Lacan dans sa propre théorie, ce qui justifie à mon sens la validité de l’ensemble de ma démonstration. Chemin faisant, je construis dans la théorie kleinienne le lien entre l’un le multiple et le zéro, et je démontre aussi comment émerge du modèle de l’imaginaire (schémas de la synthèse) à la fois l’un et la négation mathématique. Cette construction se trouve donc vérifieé indirectement par la concordance avec la théorie lacanienne que je précise ci-dessus et démonte ainsi qu’il est possible de faire émerger la loi symbolique des « ombres et reflets » de l’imaginaire. Dit très rapidement : la transposition que je fais de la logique mathématique dans la théorie de Mélanie Klein tendrait à démontrer que la logique mathématique serait le moyen inventé par la pensée pour lutter contre les prédispositions psychotiques de chacun (prédispositions mises en évidence par Mélanie Klein).